REPRISE UNIQUEMENT SOUS CONDITIONS, AVEC PRÉCISIONS ET SANS PRÉCIPITATION

Le Syndicat des enseignants romands (SER) a pris acte de la décision du Conseil fédéral concernant la réouverture des écoles le 11 mai. Il tient à souligner l’incohérence ressentie par rapport à la nécessité de fermer abruptement les écoles le 13 mars pour préserver les enfants et les enseignant·es et la possible réouverture des écoles sans que les éléments scientifiques aient réellement changé. La décision de réouverture qui sera prise le 29 avril devra s’appuyer sur une caution scientifique, en particulier en ce qui concerne le rôle potentiellement vecteur des jeunes. L’école ne doit pas devenir le vecteur d’une nouvelle pandémie. Les cantons ont un certain temps pour gérer le retour en classe des différents degrés. Il est cependant nécessaire d’avoir une coordination entre tous les cantons. De plus, cette reprise doit être sécurisée, préparée et précisée. Il est essentiel de ne pas se précipiter et de s’assurer d’une organisation qui garantisse la sécurité sanitaire des enseignant·es, des élèves et de toutes les personnes travaillant au sein des établissements, en prenant toutes les mesures nécessaires pour respecter et faire respecter les normes d’hygiène et de sécurité préconisées par la Confédération. Cette sécurité sanitaire est la priorité. Le 29 avril, les garanties à ce sujet devront être claires lorsque la décision du retour à l’école sera prise. Sans elles, la réouverture des écoles doit être exclue.


Il est essentiel de ne pas se précipiter et de s’assurer d’une organisation qui garantisse la sécurité sanitaire du personnel enseignant et des élèves, plus encore pour celles et ceux qui sont à considérer à risques et donc particulièrement vulnérables. Cette sécurité sanitaire est prioritaire aux yeux du SER, surtout que du côté des milieux économiques, des voix s’élèvent déjà pour que les écoles libèrent les parents « travailleurs » de l’obligation de garde de leurs enfants. L’application des mesures de sécurité et d’hygiène, ainsi que des mesures propres au milieu scolaire, doit être discutée entre les autorités et les associations professionnelles avant leur publication. La fermeture des écoles le 13 mars a pris tout le monde de court, ce qui a augmenté les difficultés sur le terrain. Cette nouvelle période doit absolument être préparée avec les professionnel·les connaissant le terrain.


Si le retour à l’école a lieu le 11 mai, il faudra tenir compte de l’absence des enseignant·es et des élèves vulnérables, d’une part en remplaçant les collègues concerné·es par des personnes formées, et d’autre part sans augmenter les inégalités entre les élèves.


Ainsi, avant cette reprise, il sera indispensable d’accorder du temps aux enseignant·es et aux équipes pédagogiques qui doivent se retrouver pour préparer l’accueil des élèves.


En effet, il faudra tenir compte des conséquences de la pandémie sur le moral des enseignant·es, possiblement affecté·es par des décès de proches ou confronté·es à des situations difficiles. Elles et ils sont par ailleurs mobilisé·es depuis des semaines pour assurer la continuité pédagogique ou l’accueil d’enfants de familles sans possibilité de garde.


Les enseignant·es devront aussi travailler à l’accueil des élèves qui, de même, auront vécu ce moment difficile. Elles et ils devront pouvoir compter sur les services et offices d’aide et de soutien existant dans les cantons. Ceux-ci devront donc être aussi renforcés.


Le lien avec les familles sera également important à privilégier. Le moment de cette reprise ne pourra pas être considéré comme un simple retour en classe après une période de vacances.

Se retrouver à l’école avant les vacances d’été peut être une chance, à condition de le faire sans précipitation et dans de bonnes conditions. Ce temps devra d’abord être mis à profit pour retrouver un lien éducatif, pour renouer avec les élèves qui se seront le plus éloigné·es de l’école pendant cette période et pour reprendre contact avec les apprentissages. Le retour à l’enseignement et aux évaluations selon le plan d’études ne doit se faire que dans un deuxième temps.

La priorité reste et doit rester la protection sanitaire de la population dans son ensemble. Pour le SER, une reprise ne sera possible que si toutes les conditions de sécurité sont réunies pour les élèves, les enseignant·es et les autres personnes travaillant dans les établissements scolaires. Si cela ne devait pas être le cas, il est illusoire de croire possible une réouverture des écoles.

Articles similaires

Des nouvelles d'éducation21

Des nouvelles d'éducation21

27 May 2020

La lettre d'information électronique news21 rend compte mensuellement de l'actualité des acteurs de l'éducation en vue d'un développement durable (projets…

Lire
Des personnalités lisent à voix haute

Des personnalités lisent à [...]

25 May 2020

Chaque année, de nombreux bénévoles s’engagent en lisant une histoire lors de la Journée de la lecture à voix haute dans les écoles, les crèches, les…

Lire
APPEL A SOLIDARITE PEDAGOGIQUE

APPEL A SOLIDARITE PEDAGOGIQUE [...]

19 May 2020

Apprendre à la maison : partager des expériences pédagogiques Alors que la situation sanitaire rend obligatoire l'annulation des stages d'été de…

Lire
Les prises de positions du SER

Les prises de positions du SER

19 May 2020

Depuis l'annonce de la fermeture des écoles le 13 mars, le SER a publié plusieurs prises de position: - 16 mars: Ecoles fermées: pragmatisme et bon…

Lire
RETOUR PROGRESSIF EN CLASSE: QUALITÉ ET SÉCURITÉ ASSURÉES

RETOUR PROGRESSIF EN CLASSE: [...]

18 May 2020

Le Syndicat des enseignants romands (SER) a fait le point de la situation au terme de la première semaine de reprise de l’enseignement en présentiel…

Lire
Offres extrascolaire dans le domaine des MINT: enquête

Offres extrascolaire dans le [...]

12 May 2020

Sur mandat du SEFRI et des Académies suisses, la plateforme educamint.ch rassemble depuis 4 ans des offres extrascolaires dans le domaine des MINT …

Lire
Maturités: cantons romands du même avis

Maturités: cantons romands du [...]

06 May 2020

Le Conseil d'Etat fribourgeois a finalement changé d'avis. Il renonce à un examen écrit de maturité. ainsi, les quelque 800 jeunes fribourgeois-es sont…

Lire
Une aide pour les crèches

Une aide pour les crèches

05 May 2020

La semaine dernière une coalition de 37 organisations, dont le SER, lançait un appel en faveur de l'accueil des enfants. Le 4 mai, le Conseil des Etats a…

Lire
Les SwissSkills 2020 reportés à l’automne 2022

Les SwissSkills 2020 reportés [...]

30 Apr 2020

Les SwissSkills 2020, championnats centralisés des métiers, prévus du 9 au 13 septembre 2020 à Berne, sont reportés à l’automne 2022 en raison de la…

Lire
11 MAI : ARMISTICE DANS L’ENSEIGNEMENT ?

11 MAI : ARMISTICE DANS L [...]

29 Apr 2020

Après avoir écrit au Conseil fédéral pour lui demander de garantir la sécurité sanitaire pour toutes et tous lors de la réouverture des écoles, le…

Lire
Appel de la coalition pour l’accueil des enfants

Appel de la coalition pour l [...]

28 Apr 2020

L’accueil extrafamilial des enfants ne doit pas être affaibli par le coronavirus, mais au contraire doit sortir renforcé de la crise. C’est ce que demande…

Lire
Pétition NON à la réouverture des écoles le 11 mai déposée

Pétition NON à la réouverture [...]

27 Apr 2020

Le lendemain de l'annonce du Conseil fédéral de la réouverture des écoles le 11 mai, des particuliers ont lancé une pétition "Non à la réouverture des…

Lire

SER

Secrétariat du SER

Ouvert du lundi au jeudi de 08h30 à 16h30 CP 416 / Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 59 60

ser@le-ser.ch

Président

Samuel Rohrbach : Tél : 079 / 251 22 42

president@le-ser.ch

Secrétaire Général

Jean-Marc Haller : Tél : 076 / 441 99 14

sg@le-ser.ch

Educateur

Bureaux

Educateur CP 416 Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 58 80

secretariat@revue-educateur.net

Rédactrice en chef

Nicole Rohrbach Tél :078 / 742 26 34

redaction@revue-educateur.net

Prépresse et régie publicitaire

Sylvie Malogorski Défago Tél : 027 / 565 58 43

communication@revue-educateur.net