Accueil des jeunes réfugié∙es : des ressources multiples sont nécessaires !

Accueil des jeunes réfugié∙es : des ressources multiples sont nécessaires !

La crise ukrainienne et l’exode des réfugié∙es préoccupent le Syndicat des Enseignant∙es Romand∙es. Il appelle les autorités à accorder rapidement les ressources supplémentaires, ainsi que les budgets spécifiques, pour la mise en place de structures d’accueil pour toutes et tous les élèves réfugié∙es.

Des conditions d’accueil adaptées pour les élèves réfugié∙es, quel que soit leur pays d’origine, doivent être une priorité de tous les instants. Cependant, il ne faut pas précipiter la transition des élèves qui proviennent d’un pays en guerre, comme actuellement celles et ceux venu∙es d’Ukraine. Ces enfants doivent pouvoir retrouver une vie apaisée et se créer des repères. Ils et elles ont vécu la guerre dans leur pays, des moments enfermés dans des sous-sols, une fuite chaotique, un voyage éprouvant, une arrivée dans un nouvel environnement, … Il faut leur permettre de retrouver un rythme "normal", tout en gérant aussi leurs craintes par rapport à leurs proches qui sont resté∙es en Ukraine. La priorité est donc d’assurer un encadrement social et psychologique par des professionnel∙les. La scolarisation de ces élèves dans les écoles et les classes ne doit donc pas être improvisée dans la précipitation. Ces enfants doivent pouvoir bénéficier dès que possible, d’un accueil adapté, si possible en structure pour élèves allophones.

Le SER demande donc aux autorités d’engager du personnel – comme par exemple les étudiant∙es des instituts de formation et les retraité∙es – ainsi que de mettre à disposition des ressources supplémentaires, toute l'aide psychologique nécessaire aux familles, des manuels ukrainiens pour apprendre la langue d’accueil, de recourir aux enseignant∙es ukrainien∙nes réfugié∙es, s’il y en a.

Si des structures d’accueil adaptées pour élèves allophones ne peuvent pas être mises en place, ces élèves pourraient être intégré∙es dans les classes ordinaires. Cependant, il faudra veiller à la mise en place d’un encadrement psychologique pour l’ensemble des élèves de la classe qui pourraient être perturbé∙es, voire apeuré∙es par les images de la guerre et des conflits que l’on peut voir partout. Intégrer un ou deux élèves dans chaque classe directement, sans passer par des structures pour élèves allophones, ni soutien en langue de scolarisation sera difficile pour les enseignant∙es sans ressources supplémentaires.

Le suivi des programmes habituels et des objectifs généraux des plans d’études seront à nouveau impactés ou modifiés. L’atteinte des objectifs et les résultats pour des évaluations en fin d’année pourraient être affectés. Il faut donc transmettre des informations claires au sujet des cursus scolaires « habituels » ainsi que des ressources didactiques adaptées à cette nouvelle situation.

Les enseignant∙es ont l'habitude de s'engager fortement, ils et elles le feront encore pour accueillir ces élèves. Cependant, la situation actuelle est complexe, celle-ci étant encore sous les effets de la crise sanitaire : de nombreuses absences d’élèves à gérer (elles restent autant élevées que lors de la deuxième vague de la pandémie), beaucoup d'élèves rencontrent des difficultés ou du retard scolaire, de multiples remplacements (pour pallier les absences d'enseignant·es) assurés par des personnes non formées en cette période de pénurie. On ne peut guère en demander plus au corps enseignant sans leur accorder des ressources supplémentaires.

Dans une perspective à moyen terme, les organisations scolaires 2022-2023, actuellement en cours de validation, se basent sur les effectifs actuels (janvier-février 2022). Une réévaluation de certaines attributions (du nombre de classes et des effectifs d’élèves dans les degrés), doit être prévue à l’aune de l’accueil actuel et de la scolarisation future des enfants ukrainiens. Il en va de même pour les attributions des périodes d’enseignement pour les collègues généralistes, les titulaires de classe ou les responsables de l’enseignement de la langue de scolarisation pour élèves allophones.

Il faut donc absolument que les autorités engagent des ressources humaines et les budgets supplémentaires nécessaires pour cette fin d’année scolaire ainsi que pour la prochaine année 2022-2023.

Articles similaires

Renforcer l’AVS au lieu d’augmenter l’AVS

Renforcer l’AVS au lieu d [...]

25 May 2022

Les délégué∙es du SER réuni∙es à Chénens le 14 mai 2022 appellent les enseignant∙es à signer et faire signer l’initiative "Renforcer l’AVS au lieu d…

Lire
Pour un soutien renforcé sur la durée

Pour un soutien renforcé sur [...]

19 May 2022

Dès les premières semaines de la crise en avril 2020, le SER a interpellé les autorités à propos des difficultés diverses rencontrées par les élèves et…

Lire
Soutien à des collègues afghan·es

Soutien à des collègues afghan [...]

17 May 2022

Un groupe de réfugé·es afghan·es qui ont fui les talibans après avoir été pris·es pour cible pour avoir soutenu des enseignantes et défendu leurs…

Lire
Le SER en faveur d'une taxe COVID

Le SER en faveur d'une taxe [...]

25 Aug 2021

L’Assemblée des délégué∙es du SER a adopté une prise de position appelant le SER à soutenir les actions en faveur de la mise en place d’une imposition sur…

Lire
Système de formation et petite enfance

Système de formation et petite [...]

24 Aug 2021

La Journée Suisse de l’Education s’est tenue le 3 septembre à Berne sur les thèmes de la petite enfance et de l’encadrement. A l’issue de cette Journée, l…

Lire
Le SER change de nom, mais reste le SER

Le SER change de nom, mais [...]

07 Sep 2020

Réuni∙es en assemblée ordinaire le samedi 29 août 2020 à Martigny, les délégué∙es du SER ont adopté une nouvelle version des statuts qui valide le…

Lire
ECOLE À LA MAISON, ENTENDRE RAISON

ECOLE À LA MAISON, ENTENDRE [...]

26 Mar 2020

Communiqué du SER Depuis la fermeture des classes et l’enseignement à la maison, les enseignant∙es ont fait preuve d’un professionnalisme confirmé et…

Lire
60  et 30 ans

60 et 30 ans

20 Nov 2019

La Déclaration des Droits de l'Enfant a été adoptée par l'Assemblée générale des Nations-Unies le 20 novembre 1959, soit il y a 60 ans. 30 ans…

Lire
Elèves pris en charge le 14 juin!

Elèves pris en charge le 14 [...]

21 May 2019

Le SER a réuni ses délégué·e·s à Bienne le 18 mai. A cette occasion, un Appel concernant la Grève des femmes du 14 juin a été adopté."…

Lire

SER

Secrétariat du SER

Lundi, mardi, mercredi matin, jeudi de 08h00 à 16h30 CP 416 / Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 59 60

ser@le-ser.ch

CONTACTS

Bureau du comité du SER

Samuel Rohrbach, président Tél : 079 / 251 22 42

s.rohrbach@le-ser.ch

Olivier Solioz, vice-président

o.solioz@le-ser.ch

Pierre-Alain Porret, SG nommé

p-a.porret@le-ser.ch

Administration

Véronique Jacquier Darbellay

v.jacquier@le-ser.ch

Leticia Resenterra

l.resenterra@le-ser.ch

Educateur

Bureaux

Educateur CP 416 Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 58 80

secretariat@revue-educateur.net

Rédactrice en chef

Nicole Rohrbach Tél : 078 / 742 26 34

redaction@revue-educateur.net

Prépresse et régie publicitaire

Sylvie Malogorski Défago Tél : 027 / 565 58 43

communication@revue-educateur.net