SPG: Bis repetita non placent - 05/2022

SPG: Bis repetita non placent

Toute analogie avec les élections présidentielles françaises ne saurait être que fortuite

Une fois de plus, le Conseil d’État présente un bien meilleur bilan financier que celui budgétisé. Alors qu’il conjecturait un déficit de 847 millions, il a pu annoncer ce 31 mars un bénéfice de 49 millions. Ce différentiel approchant le milliard a de quoi mortifier la fonction publique réduite - par un ensemble d’opérations discursives et rhétoriques – à la principale charge du canton qui grèverait uniment, voire indument le budget du canton. Cette  masse de fonctionnaires qui, à entendre les plus dogmatiques députés de droite, ne cesserait de croitre sans autre motif que de contrarier son bilan comptable ou de nour rir la vision idéologique d’une gauche irrémissiblement woke.

 

 

Si vis educationem …

 

Peu importe que ces fonctionnaires luttent pour sauver les services publics. Peu importe qu’iels compensent au prix de leur santé la baisse progressive des moyens alloués. Peu importe que la récente pandémie ait accru les inégalités sociales et économiques. La politique d’austérité menée afin de nous préserver de l’infamie d’une « dette » qui a pourtant cessé de croitre, s’est en effet particulièrement ressentie pendant cette crise où le seul engagement des fonctionnaires n’a plus suffi à absorber les besoins de services soumis à de fortes pressions budgétaires. Cet hiver, le système, tant dans l’enseignement régulier que dans l’enseignement spécialisé, a d’ailleurs montré ses limites, notamment concernant les remplacements. Ainsi, au plus haut de la vague omicron, de nombreux et nombreuses enseignant·es n’ont pu être remplacé·es faute de personnel, problématique qui semble perdurer depuis. Il devient d’ailleurs usuel de se faire appeler Arthur par un SeREP ( service des remplacements de l'enseignement primaire ) visiblement dépassé quand on a l’outrecuidance de faire appel à ses services.

 

… praepara rationes

 

À l’école, ces deux dernières années ont été particulièrement éprouvantes et ce d’autant que les difficultés rencontrées par les collègues font l’objet d’une omerta institutionnalisée. Si le confinement a fait couler beaucoup d’encre dans la presse, la rentrée 2020 a été présentée par les autorités, à quelques nuances près, comme un retour « à la normale ». Les difficultés des professionnel·les du terrain sont systématiquement minimisées quand elles ne sont pas tout simplement niées. Or cette rentrée et les années qui ont suivi se sont avérées tout sauf normales. Soumises à la succession des plans sanitaires abscons et impraticables, elles ont été, au contraire, difficiles, entre autres à cause du refus du Département de l’instruction publique ( DIP ) d’anticiper et d’échanger avec les associations professionnelles. L’injonction à faire toujours plus avec toujours moins a rarement autant pesé sur les épaules des enseignant·es et aussi concrètement ressentie. Et ce davantage encore, dans un contexte où les postes demandés, pourtant systématiquement largement sous-évalués par le Conseil d’État, ont été refusés en 2020 et 2022 par le Grand Conseil. Bien que quelques crédits supplémentaires aient été octroyés par la commission des finances, ils étaient et sont toujours largement insuffisants pour relever les défis de l’école d’aujourd’hui et ne tiennent aucun compte des ravages des mesures sanitaires sur le plan pédagogique. Tout se passe comme si la crise avait affecté l’ensemble de la société, sa population, son économie, sa politique, mais pas son système scolaire.

Si l’on a beaucoup parlé de la défiance de la population envers les instances politiques pendant cette période de pandémie, incarnée notamment par les complotistes, il est intéressant de noter que la politique menée par les gouvernements démocratiques des pays occidentaux objective avant tout la défiance des autorités à l'égard des citoyen·nes : de la France à la Nouvelle-Zélande en passant par nos idylliques contrées helvétiques, dans une moindre mesure peut-être, il faut malheureusement constater que les démocraties ont privilégié une gestion politique autoritariste de cette pandémie fondée non sur la confiance du peuple, mais sur sa peur.

 

Une main de fer

 

À Genève, au DIP, cette factualité n’a jamais été aussi manifeste. Les rares tentatives de concertations menées par le DIP ou la DGEO ne visaient qu’à augmenter l’acceptabilité sociale de mesures sanitaires sans jamais parvenir à manifester le moindre intérêt pour les solutions, savoir-faire, innovations, formes de solidarités spontanées développées sur le terrain qui ont pourtant permis au système de « fonctionner » ces deux dernières années bien mieux que l’État lui-même. Il faut ainsi souligner l’indifférence systémique du DIP à tout ce que produit l’école primaire et spécialisée. Cette pandémie n’a fait qu’illustrer ce que la SPG dénonce depuis plusieurs années, i.e. que derrière une forme d’évanescence et de condescendance, il y a une main de fer qui refuse purement de considérer le partenariat social : tout ce qui a été imposé pendant ces deux législatures ne l’a été que sous l’apparence de la concertation. Évidemment, ce refus systémique du débat n’a généré que plus de défiance envers les autorités. Si l’urgence pouvait être invoquée en mars 2020, l’argument expire rapidement et toutes les décisions prises les deux années suivantes auraient pu faire l’objet de consultations afin de tenir compte à minima des besoins et de la réalité du terrain. Ce blocage du partenariat social a permis de perpétuer l’état d’urgence et de justifier sa dénégation, en alléguant son impossibilité.

Cette crise aurait pu offrir l’opportunité de sortir du virage idéologique amorcé au début des années 80 par Reagan, Thatcher et Mitterrand ( sic ! ), où, après le choc pétrolier, pour faire face au ralentissement de la croissance dans ces pays riches, la politique néolibérale qui impose désormais son tempo à l’échelle mondiale prétend recréer de l’emploi et réduire les inégalités en réduisant les impôts des grandes fortunes. Pourtant, la législature de Donald Trump atteste de l’ineptie même de ces arguties : aucune corrélation n’a jamais pu être établie entre la réduction de l’imposition des plus aisés et l’investissement sur les entreprises. Aussi ces politiques fiscales ne font qu’affaiblir l’État social qui assure la protection des travailleurs et des travailleuses, ainsi qu’une répartition des richesses plus juste à travers notamment des services publics de qualité. La concomitance entre ce tournant néolibéral et la remontée historique des inégalités de revenu et patrimoine au sein des pays industrialisés démontre par ailleurs qu’une telle politique économique n’est pas viable à long terme.

 

Dans un fastueux gant de velours

 

Sauf à Genève me direz-vous où le Conseil d’État se félicite de sa « bonne gestion » et « maitrise de charge » en présentant un boni de 49 millions. Oui mais non. Chaque année, la commination de la dette qui pèse sur les projets de budgets conduit le Conseil d’État à sous-évaluer les besoins, imposant ainsi des conditions de travail toujours plus difficiles aux fonctionnaires et impactant évidemment négativement la qualité même des services publics. Depuis des années, les syndicats luttent contre les mesures d’austérité et réclament plus de postes pour le terrain mais, il faut le dire, avec de moins en moins de succès. Parmi les motifs impérieux justifiant ces choix politiques, la dette et plus récemment la réforme de l’imposition des entreprises ( RIE3 ) ou la crise covid. Or, non seulement Genève a absorbé l’impact de la RIE3 et de la pandémie bien mieux et bien plus rapidement que prévu, mais peut de surcroit réduire sa dette. Ainsi cette méthode parfaitement cynique, mais non moins méticuleuse d’une politique ultralibérale consistant justement à réduire le financement des services publics pour leur reprocher par la suite leurs dysfonctionnements, ne vise à terme qu’à présenter la privatisation de ces services comme la seule option raisonnable.

 

Alea non jacta est

 

Si le canton peut se permettre d’entreprendre des réformes particulièrement couteuses pour soutenir ses entreprises, il est évident qu’il choisit à l’inverse de ne pas investir pour assurer des prestations de qualité à sa population. Dans l’enseignement primaire et spécialisé, le DIP ne cherche même plus à couvrir strictement l’inflation démographique. Ainsi, non seulement, l’État ne garantit plus les prestations, mais favorise la péjoration de leur fonctionnement. Les efforts considérables qui ont pu être consentis pour maintenir des multinationales sur notre territoire, n’auraient pas dû se faire au détriment de nos écoles, nos hôpitaux et nos services sociaux. Or, si la montée des inégalités économiques résulte de choix de politiques fiscales, sociales et éducatives, c’est qu’elles ne relèvent pas d’un déterminisme absolu et qu’elles peuvent donc être combattues. Aussi, Genève est un canton riche et dynamique qui a les moyens d’offrir des prestations de qualité à sa population, mais qui choisit délibérément de ne pas le faire au mépris des fonctionnaires et de la population. Pour l’instant.

Les numéros complets de la revue, les dossiers pédagogiques et les articles qui les constituent peuvent être consultés par les abonné·es connecté·es.
Faute d’abonnement, il est possible de les obtenir au format PDF. [Numéro ou Dossier : 11 CHF; Article : 2 CHF.]
Si disponibles, des éditions imprimées des numéros de la revue peuvent être commandées à secretariat@revue-educateur.net.

S'abonner Accéder au numéro complet

SER

Secrétariat du SER

Lundi, mardi, jeudi, de 08h00 à 16h30 et mercredi matin CP 416 / Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 59 60

ser@le-ser.ch

CONTACTS

Bureau du comité du SER

Samuel Rohrbach, président Tél : 079 / 251 22 42

s.rohrbach@le-ser.ch

Olivier Solioz, vice-président

o.solioz@le-ser.ch

Pierre-Alain Porret, SG nommé

p-a.porret@le-ser.ch

Administration

Véronique Jacquier Darbellay

v.jacquier@le-ser.ch

Educateur

Bureaux

Educateur CP 416 Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 58 80

secretariat@revue-educateur.net

Rédactrice en chef

Nicole Rohrbach Tél : 078 / 742 26 34

redaction@revue-educateur.net

Prépresse et régie publicitaire

Sylvie Malogorski Défago Tél : 027 / 565 58 43

communication@revue-educateur.net