Plein écran – Entretien avec Cyril Dion, le réalisateur du film Animal - 10/2021

Plein écran – Entretien avec Cyril Dion, le réalisateur du film Animal

La question écologique est la question de ce XXIe siècle

 

Entretien avec Cyril Dion, le réalisateur du film Animal (de passage à Genève, le 21 octobre)

 

a

 

 

 

Vous mettez en scène deux adolescent·es de 16 ans qui rencontrent des scientifiques. Pourquoi un tel dispositif ?

Après avoir observé depuis trois ans le mouvement des jeunes pour le climat, j’avais envie de mieux comprendre l’état de leur réflexion et de trouver avec elles et eux d’autres horizons pour savoir dans quelle direction aller. En plus, ce sont ces jeunes qui vont pâtir les premiers dans vingt ans de l’immobilisme actuel de leurs ainé·es. Voir ces deux jeunes poser des questions, prendre position et secouer les idées reçues, c’est à la fois touchant et stimulant pour tout le monde.

Vous vouliez donc en quelque sorte refléter ce mouvement générationnel pour le climat ?

Je voulais surtout aller plus loin, car leur mouvement risque de s’épuiser. Trop d’adultes attendent que la jeune génération mène seule le combat. J’ai souhaité confronter ces deux jeunes protagonistes à des réalités différentes sur tous les continents avec l’intention affichée de les placer face au cœur du problème. Le train de la société humaine, selon une image de Hubert Reeves, fonce à 300 km/h dans le mur, il ne s’agit pas de le ralentir, mais de changer de train et donc de destination. L’obsession de la croissance économique est gravissime. Préférer se déplacer à vélo ou manger moins de viande ne suffira pas. Les priorités de nos sociétés devraient viser la santé, le bien-être, les liens sociaux qui dépendent directement de la santé et du bien-être de notre environnement naturel.

À ce propos, pourquoi ce titre donné au film, Animal ?

Un titre volontairement polysémique. Ça parle du fait que les humains sont des animaux. Le film va interroger notre relation aux animaux et à notre propre animalité. Finalement, ce titre évoque notre relation au monde du vivant duquel nous avons cru bon de nous extraire, en le considérant comme matière bête et méchante.

Pourquoi avoir choisi ces deux jeunes en particulier ?

Je les ai d’abord rencontré·es séparément. Bella, Londonienne, 16 ans, provient d’un milieu plutôt favorisé et entretient depuis toute petite une relation étroite avec la nature et les animaux pour lesquels elle milite activement. Elle communique beaucoup sur le web où 150’000 per-
sonnes la suivent sur Twitter. J’ai rencontré Vipulan lors des grèves pour le climat à Paris. D’un milieu très modeste et urbain, il est plus porté sur la science et la recherche. Je les ai trouvé·es très complémentaires et bien sûr très sympathiques ! Les préparatifs et le tournage ont été étalés sur six mois et nous avons quatre heures d’images montées, donc suffisamment pour au moins un deuxième film ...

Bella et Vipulan ont-ils modifié votre scénario initial ?

Ce qui était imposé, c’était les lieux et les scientifiques que Bella et Vipulan allaient rencontrer. Mais sans savoir à l’avance le profil et l’identité exacts de leurs interlocuteurs afin de préserver une certaine spontanéité. Les jeunes ont pu poser les questions de leur choix, affirmer leurs positions sans filtre. Être en contact avec l’énergie et l’entrain de Bella et Vipulan, je vous assure, ça secoue !

Quel fut l’impact de ce voyage auprès de ces deux jeunes ?

On a beaucoup appris ensemble sur les fourmis, les abeilles, les loups, les absurdités du système économique. Le pari au départ était que Bella et Vipulan modifient leurs points de vue et leurs sensibilités. Bella, quelque peu misanthrope, s’est rendu compte que la défense du milieu vivant passait aussi par la défense des humains. Vipulan s’est ouvert à la cause animale et se qualifie dorénavant de militant écologiste à part entière, pas seulement pour le climat.

Comment inciteriez-vous les enseignant·es à emmener leurs élèves voir votre film Animal ?

Les jeunes s’identifieront facilement à Bella et Vipulan. J’ai pu déjà le constater lors de projections scolaires en Belgique et en France. Animal vient de remporter le Prix du Jury Junior à Namur. La question écologique est la question de ce XXIe siècle. Le film aborde des tas de sujets en lien avec les sciences de la terre, notre rapport aux animaux et au végétal, la géopolitique, le fonctionnement de la démocratie. Autant de sujets et des conversations passionnantes pour mieux comprendre et connaitre avant de trouver des solutions. Un dossier pédagogique est à disposition de toutes et tous. ( n.d.l.r. : à découvrir ci-contre )

 

Entretien réalisé par Marc Houvet

Les numéros complets de la revue, les dossiers pédagogiques et les articles qui les constituent peuvent être consultés par les abonné·es connecté·es.
Faute d’abonnement, il est possible de les obtenir au format PDF. [Numéro ou Dossier : 11 CHF; Article : 2 CHF.]
Si disponibles, des éditions imprimées des numéros de la revue peuvent être commandées à secretariat@revue-educateur.net.

S'abonner Accéder au numéro complet

SER

Secrétariat du SER

Ouvert du lundi au jeudi de 08h30 à 16h30 CP 416 / Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 59 60

ser@le-ser.ch

CONTACTS

Bureau du comité du SER

Samuel Rohrbach, président Tél : 079 / 251 22 42

s.rohrbach@le-ser.ch

Olivier Solioz, vice-président

o.solioz@le-ser.ch

Pierre-Alain Porret, SG nommé

p-a.porret@le-ser.ch

Administration

Véronique Jacquier Darbellay

v.jacquier@le-ser.ch

Leticia Resenterra

l.resenterra@le-ser.ch

Educateur

Bureaux

Educateur CP 416 Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 58 80

secretariat@revue-educateur.net

Rédactrice en chef

Nicole Rohrbach Tél :078 / 742 26 34

redaction@revue-educateur.net

Prépresse et régie publicitaire

Sylvie Malogorski Défago Tél : 027 / 565 58 43

communication@revue-educateur.net