J'éduque, donc je lis - 05/2022

J'éduque, donc je lis

 

 

 

 

 

 

 

 

1

 

N’autre école (2021-20222). École et écologie? Blablabla Éd. Questions de Classe(s). No18.

École dehors, éco-délégué·es, tri des déchets, coopération, interdisciplinarité. Aucune de ces pratiques, ici passées au crible, ne semble, prise séparément, à la hauteur des enjeux des dix prochaines années en matière de dérèglements massifs du climat. Toutefois, c’est peut-être en les multipliant, en naviguant entre elles, en les faisant entrer en résonance et en cohérence, que l’écologie trouvera une centralité nouvelle à l’école. Et qu’apparaitra la radicalité écologique nécessaire à une pédagogie du XXIe siècle pouvant déjà s’appuyer sur des pédagogies qui ont nom d’écopédagogie, de pédagogies sociale, verte, critique. Sa place dans une école publique est aujourd’hui à défendre plus que jamais face à une éco-anxiété de la jeunesse risquant de la faire stagner dans un sentiment de mal-être, d’impuissance, si on ne la voit pas comme une lucidité pouvant ouvrir à l’action et l’engagement.

 

 

2

 

Céline Chauvigné, Michel Fabre (coor. Dossier). (2021). Questions socialement vives: quelles approches possibles en milieu scolaire? Carrefours de l’éducation. N˙52. Éd. Armand Colin.

Ces dernières décennies, l’école a subi de nombreux changements. Dans les enseignements dispensés et dans les approches pédagogiques. Aujourd’hui, il ne s’agit plus seulement de transmettre des savoirs, mais d’amener la diversité des écolièr·es à s’orienter dans un monde problématique pour devenir des citoyen·nes éclairé·es, capables d’affronter des problèmes complexes de la vie quotidienne. Ceux envisagés sous la forme de questions socialement vives ( QSV ) nous portent à revoir non seulement nos pratiques, mais le type de savoirs et de valeurs à transmettre. Mais jusqu’où aller dans l’approche de ces questions sensibles ( écologie, laïcité, religion, santé, sexualité, etc. ) ? Comment en faire des leviers de formation à la citoyenneté et à l’émancipation ? Parvenir à susciter un engagement de nos élèves ? Cette enquête clinique étudie les enjeux de ce projet. Des ressorts de l’action à nos appréhensions.

 

 

3

 

Aksel Kilic. (2022). L’école primaire vue des coulisses. La culture professionnelle informelle des professeurs des écoles. Éd. Puf.

L’auteur aborde l’école primaire et ses enseignant·es à partir d’une enquête ethnographique menée dans les coulisses de deux de ses écoles. En dehors des heures de classe, dans la salle des maitres·ses, dans la cour de récréation, au portail de l’école, apparait une culture professionnelle créée par le collectif enseignant dont découlent des normes informelles qui contrôlent et régulent puissamment le quotidien professionnel. Cette face moins légitime de l’école primaire montre, par exemple, les jugements et les catégorisations de ses usagèr·es ( élèves et parents ) en fonction de leurs appartenances sociales et ethniques. Une catégorisation qui est un vrai savoir, qui aide à anticiper l’action, mais qui constitue un « savoir coupable », c’est-à-dire un jugement technique qui permet aux enseignant·es de décrire certains aspects de leurs pratiques, mais dont la formulation publique serait choquante pour les profanes.

 

4

 

Boris Cyrulnik. (2022). Le laboureur et les mangeurs de vent. Liberté intérieure et confortable servitude. Éd. Odile Jacob.

Boris Cyrulnik a échappé à la mort que lui promettait une idéologie meurtrière. Enfant qu’on a voulu tuer, il a cherché toute sa vie à comprendre pourquoi. Pourquoi certaines personnes deviennent des « mangeurs de vent », qui se conforment au discours ambiant, aux pensées réflexes, parfois jusqu’à l’aveuglement poussant au meurtre, au génocide ? Pourquoi d’autres s’en affranchissent ? Cyrulnik nous réexplique la servitude volontaire. Ce besoin d’appartenir à un groupe qui offre le confort de l’embrigadement contre l’engourdissement de la pensée. Et comment seule la personne qui a acquis assez de confiance en elle peut y renoncer et tenter l’aventure de penser par elle-même. Au-delà de l’histoire, Boris Cyrulnik éclaire notre présent. Et nous montre comment on peut conquérir la volonté de repousser l’emprise et trouver la force de chercher le chemin de la liberté intérieure. Un livre fondateur.

Les numéros complets de la revue, les dossiers pédagogiques et les articles qui les constituent peuvent être consultés par les abonné·es connecté·es.
Faute d’abonnement, il est possible de les obtenir au format PDF. [Numéro ou Dossier : 11 CHF; Article : 2 CHF.]
Si disponibles, des éditions imprimées des numéros de la revue peuvent être commandées à secretariat@revue-educateur.net.

S'abonner Accéder au numéro complet

SER

Secrétariat du SER

Lundi, mardi, jeudi, de 08h00 à 16h30 et mercredi matin CP 416 / Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 59 60

ser@le-ser.ch

CONTACTS

Bureau du comité du SER

David Rey, président Tél : 079 / 371 69 74

d.rey@le-ser.ch

Olivier Solioz, vice-président

o.solioz@le-ser.ch

Pierre-Alain Porret, SG nommé

p-a.porret@le-ser.ch

Administration

Véronique Jacquier Darbellay

v.jacquier@le-ser.ch

Educateur

Bureaux

Educateur CP 416 Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 58 80

secretariat@revue-educateur.net

Rédactrice en chef

Nicole Rohrbach Tél : 078 / 742 26 34

redaction@revue-educateur.net

Prépresse et régie publicitaire

Sylvie Malogorski Défago Tél : 027 / 565 58 43

communication@revue-educateur.net