VD : Il était une fois ... - 10/2021

VD : Il était une fois ...

Il y a quelques jours, j’ai discuté avec une maman qui me racontait les difficultés de son fils de 8 ans à rester concentré, à s’appliquer à décoder des mots, à répéter encore et encore, bref à apprendre à lire, même lorsque l’école est finie, alors que son envie à lui était de jouer le plus longtemps possible dehors. Lorsque je lui ai demandé ce qu’elle faisait elle-même pour encourager son enfant, elle m’a répondu que tout ça l’énervait, qu’elle n’arrivait pas à lui faire faire ses devoirs. « Et le soir », l’ai-je questionnée, « lui lis-tu une histoire » ? L’instit’ averti·e aura compris que sa réponse fut négative.

 

Nous le savons, lire ce n’est pas seulement mémoriser des sons, ce n’est pas seulement associer des lettres pour former un mot, ce n’est pas seulement se faire un film d’une phrase ... c’est aussi entrer dans une culture et s’inscrire dans l’histoire du monde. « En jouant, en parlant, en chantant, en écoutant des récits de fictions, des contes traditionnels, en découvrant et en explorant le monde et les autres, chaque enfant peut démultiplier les expériences du monde et des autres, se réaliser comme un être digne de penser et d’agir sur lui-même comme sur autrui », nous disent Véronique Boiron et Maryse Rebière ( p. 51). Or, face à l’écrit notamment, les enfants sont loin d’être égaux en entrant à l’école. Dans certaines familles, lire est une activité quotidienne. Les adultes lisent, constituant ainsi un modèle, et lisent également des histoires à leurs enfants, souvent le soir avant qu’ils ne s’endorment. Ils valorisent ainsi l’accès à la culture de l’écrit et de la narration, ils favorisent le développement de l’imagination, ce qui facilitera l’accessibilité à l’apprentissage plus structuré de la lecture. Certains enfants sont davantage en difficulté lorsqu’ils entrent dans l’écrit, non pas parce que moins intelligents, non pas parce qu’en retard, non par manque d’exercice, mais parce que les connaissances qu’ils ont construites avant d’entrer à l’école, ou même pendant les tout premiers degrés de la scolarité, ne leur ont pas ou trop peu permis d’expérimenter le livre et plus globalement l’écrit, comme objet culturel.

Le défi est de taille si nous voulons mettre en œuvre une école plus égalitaire. Car les enjeux se jouent dès l’entrée à l’école. 

Les numéros complets de la revue, les dossiers pédagogiques et les articles qui les constituent peuvent être consultés par les abonné·es connecté·es.
Faute d’abonnement, il est possible de les obtenir au format PDF. [Numéro ou Dossier : 11 CHF; Article : 2 CHF.]
Si disponibles, des éditions imprimées des numéros de la revue peuvent être commandées à secretariat@revue-educateur.net.

S'abonner Accéder au numéro complet

SER

Secrétariat du SER

Ouvert du lundi au jeudi de 08h30 à 16h30 CP 416 / Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 59 60

ser@le-ser.ch

CONTACTS

Bureau du comité du SER

Samuel Rohrbach, président Tél : 079 / 251 22 42

s.rohrbach@le-ser.ch

Olivier Solioz, vice-président

o.solioz@le-ser.ch

Pierre-Alain Porret, SG nommé

p-a.porret@le-ser.ch

Administration

Véronique Jacquier Darbellay

v.jacquier@le-ser.ch

Leticia Resenterra

l.resenterra@le-ser.ch

Educateur

Bureaux

Educateur CP 416 Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 58 80

secretariat@revue-educateur.net

Rédactrice en chef

Nicole Rohrbach Tél :078 / 742 26 34

redaction@revue-educateur.net

Prépresse et régie publicitaire

Sylvie Malogorski Défago Tél : 027 / 565 58 43

communication@revue-educateur.net