Une vraie marche vers la revalorisation

Une vraie marche vers la revalorisation

Dans sa séance du 18 novembre 2010, le comité de la SPVal a analysé le rapport accompagnant les avant-projets de lois sur le statut et le traitement. Il a décidé de prendre position sur ce message d’accompagnement.

Les projets de lois sur le statut et sur le traitement du personnel enseignant ont été associés au processus RPT II (Répartition des charges entre le canton et les communes). Ces objets devraient être traités par le Grand Conseil dans sa session de mai 2011. Un rapport accompagne les textes modifiés qui sont en consultation actuellement. Il peut être lu dans son intégralité sur www.vs.ch Dans cette annexe aux textes de lois, une argumentation solide explique les mesures prises pour revaloriser notre profession. De très nombreuses revendications de la SPVal ont été prises en compte. En ce qui concerne le nombre de périodes d’enseignement et l’augmentation du salaire, les annonces faites en séances de négociations sont confirmées. 

Temps d’enseignement

La proposition de 30 périodes de présence à l’élève pour tous les enseignants de l’école primaire et de l’école enfantine constitue une réponse partielle à notre demande. Elle ne va pas jusqu’aux 28 périodes demandées. Par contre, elle dote notre école de ressources supplémentaires par le temps de présence accru des enseignants du premier cycle. Cette mesure permet une organisation différente de l’école en autorisant par exemple des périodes de co-enseignement dans le cycle 2 ainsi que des prises en charge différenciées de l’élève. 

Temps de présence de l’élève

Le temps de présence de l’élève est également défini dans ce document. Liée aux contraintes d’HarmoS, cette proposition cause quelques soucis aux membres de notre comité. Les quatre années du premier cycle du PER, dotées respectivement de 21, 28, 30 et 30 périodes de présence, pourraient générer une lourde fatigue pour les enfants de cet âge. Le travail sur la future grille horaire devra tenir compte de cette crainte légitime. Ce même comité s’interroge également sur l’opportunité de définir un temps identique pour tous les élèves d’une classe. La différenciation demandée dans les cours ne devrait-elle pas également intervenir dans une partie du temps de présence des élèves? Cet ajustement répondrait aux craintes formulées ici ou là d’un nivellement par le bas de notre système de formation. 

Revalorisation salariale

Les augmentations salariales proposées par le chef du département ont fait réagir les médias par leur importance. Au sein de notre comité, l’étonnement n’était pas de mise puisque ces montants avaient été discutés il y a quelque temps déjà. L’exigence formulée d’une revalorisation significative a été entendue. Vue de l’extérieur, cette revalorisation de 500 francs du salaire de base peut paraître étonnante. Mise en comparaison avec ce qui se pratique dans les autres cantons suisses et, en Valais, avec les salaires d’autres professions au profil de formation et au niveau de responsabilité similaires, cette proposition trouve tout son sens. D’autres arguments peuvent aller dans cette direction, notamment le fait que la base de rémunération actuelle date de 1982. Dans cette optique de revalorisation, il faut saisir l’occasion de remettre à niveau le salaire des collaborateurs lésés chaque mois depuis plus de dix ans par les effets à long terme des paliers d’attente. 

Conclusion 

Au terme de l’examen du message d’accompagnement dont seules deux composantes ont été développées ci-dessus, le comité SPVal a procédé à une pesée d’intérêt prenant en compte toutes les propositions défendues dans ce document. Il a pris la décision de défendre ce rapport qui, pour lui, va dans le sens d’une revalorisation sensible du statut des enseignants des classes primaires et enfantines. Dans ce but, il agira auprès des instances concernées, notamment les élus de la députation et des conseils communaux, pour donner à ce projet un maximum de chances de réussite. 

 

Dans un autre registre, et pour lever certaines réserves exprimées ci-dessus, ce même comité compte poursuivre le travail de partenariat avec le Département de l’éducation, de la culture et des sports (DECS) dans le délicat travail de l’aménagement de la grille horaire. L’organisation de l’école de demain dépend des choix qui seront faits dans l’écriture d’une grille que nous souhaitons novatrice et porteuse d’espoir pour l’école valaisanne.

Pour lire l'article complet, veuillez vous abonner à la revue

S'abonner

SER

Secrétariat du SER

Ouvert du lundi au jeudi de 08h30 à 16h30 CP 416 / Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 59 60

ser@le-ser.ch

Président

Samuel Rohrbach : Tél : 079 / 251 22 42

president@le-ser.ch

Secrétaire Général

Jean-Marc Haller : Tél : 076 / 441 99 14

sg@le-ser.ch

Educateur

Bureaux

Educateur CP 416 Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 58 80

secretariat@revue-educateur.net

Rédactrice en chef

Nicole Rohrbach Tél :078 / 742 26 34

redaction@revue-educateur.net

Prépresse et régie publicitaire

Sylvie Malogorski Défago Tél : 027 / 565 58 43

communication@revue-educateur.net