Le concordat de la HEP-BEJUNE

Le concordat de la HEP-BEJUNE

Une large consultation a récemment été lancée sur la révision du concordat de la HEP-BEJUNE. Adopté en 2000, ce document devait être revu. Les pratiques dans bien des domaines ne correspondent plus au texte d’alors. L’Intersyndicale BEJUNE a participé à la consultation.

 

Sans rentrer dans les détails de la longue réponse de l’Intersyndicale BEJUNE, il vaut la peine de reprendre quelques points essentiels. Il est fondamental, en préambule, d’insister sur le fait que les remarques faites relevaient de principes et ne visaient en aucune manière des personnes. La nécessité de mettre en place un processus participatif a guidé la rédaction de sa réponse.

L’Intersyndicale BEJUNE soulignait que dans le concordat adopté en 2000, deux organes consultatifs étaient institués pour conseiller le CoStra: la Commission scientifique et le Conseil de la HEP. Ces deux organes avaient pour but, semblet- il, d’instituer un vrai dialogue entre les autorités, la direction de la HEP et la communauté scientifique, respectivement la société civile. Ces deux organes ont disparu rapidement, en raison principalement d’un manque d’enthousiasme et de collaboration du côté de la direction de la HEP de l’époque.

Du côté des formateur·trices et des étudiant ·es, les organes censés les représenter ont fonctionné, mais avec le sentiment largement répandu chez les membres de ces deux organes de ne pas être véritablement écouté·es, à peine entendu·es. Le partenariat entre tous les acteurs dans une institution de cette importance est fondamental. De ce point de vue, l’Intersyndicale, dans sa réponse, s’est inquiétée que l’on ne considère plus su.samment les employé·es et les partenaires sociaux ou institutionnels comme des forces de propositions et d’améliorations du fonctionnement de l’institution. Elle a également manifesté de sérieux doutes quant à la volonté de faire du recteur un patron en le désignant comme un organe décisionnel ayant la compétence notamment de nommer l’ensemble du personnel, y compris ses collègues du rectorat.

Les réponses apportées par le Comité stratégique et le rectorat après la consultation sont plutôt rassurantes. Une bonne partie des propositions faites par l’Intersyndicale apparaissent dans la version du concordat revu. Dans le cas contraire, il faut admettre que des explications argumentées ont été apportées. On peut considérer que cette nouvelle version est globalement satisfaisante. Le point principal aux yeux de l’Intersyndicale, le statut du recteur, a été atténué. Autre principe majeur, la notion de partenariat est davantage présente, même si le texte reste élusif sur les compétences des partenaires sociaux, et plus particulièrement de la Commission du personnel.

Il appartient à présent aux parlements des trois cantons de se prononcer. Cela devrait être le cas lors du premier semestre de 2020. La décision de chaque parlement porte sur une adoption du concordat, une ratification en fait, car la possibilité d’apporter des modifications n’est pas accordée aux législatifs cantonaux. L’Intersyndicale BEJUNE continuera de rappeler la nécessité de l’entendre dans un esprit de collaboration bien compris en faveur du bon fonctionnement de l’institution.

Pour lire l'article complet, veuillez vous abonner à la revue

S'abonner Accéder au numéro complet

SER

Secrétariat du SER

Ouvert du lundi au jeudi de 08h30 à 16h30 CP 416 / Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 59 60

ser@le-ser.ch

Président

Samuel Rohrbach : Tél : 079 / 251 22 42

president@le-ser.ch

Secrétaire Général

Jean-Marc Haller : Tél : 076 / 441 99 14

sg@le-ser.ch

Educateur

Bureaux

Educateur CP 416 Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 58 80

secretariat@revue-educateur.net

Rédactrice en chef

Nicole Rohrbach Tél :078 / 742 26 34

redaction@revue-educateur.net

Prépresse et régie publicitaire

Sylvie Malogorski Défago Tél : 027 / 565 58 43

communication@revue-educateur.net