Des livres à ne pas manquer!

Des livres à ne pas manquer!

 

 

 

 

 

 

> Philippe Meirieu. (2018). La Riposte. Éd. Autrement. 

Chaque rentrée scolaire charrie son lot de remèdes miracles pour réparer l’École. Pêlemêle, citons la dictée quotidienne, le rétablissement de l’autorité, les neurosciences, les évaluations internationales, le bon sens de Descartes, la pédagogie Montessori. La couverture du livre annonce la couleur: Meirieu mène ici bataille contre une série de miroirs aux alouettes trompant enseignants, parents, enfants et citoyens. Il accepte le combat d’idées, le face à face, sans état d’âme. Avec rigueur. Ses mots reflètent ce que bien souvent nous avons envie de dire, mais que par lassitude nous nous sommes mis à taire. Lisons-le, pour oser, à notre tour, affronter ces miroirs aux alouettes qui polluent notre action pédagogique, jusqu’au coeur de nos réunions de parents, voire d’équipe. Passés au crible de cette question exigeante «quels enfants voulons-nous former?», tous finissent par se briser. 

> Saskia Weber Guisan. (2018). «Engagement bénévole et développement du pouvoir d’agir». Cahiers de la Section des sciences de l’éducation, No 140. Éd. Université de Genève. 

En Suisse, selon les derniers chiffres connus, environ 33% de la population de 15 ans et plus exerce une activité bénévole, informelle ou organisée. Qu’en est-il plus précisément en Suisse romande? Saskia Weber Guisan – spécialiste, entre autres, de la validation des acquis de l’expérience – a cherché à comprendre les motivations de ces personnes. Sa recherche s’est notamment appuyée sur les réponses apportées par des bénévoles âgés de 37 à 63 ans. Comment se sont construits leur engagement, leurs choix, selon quelles valeurs, quels types de reconnaissance attendus, et comment cet élan s’articule avec les autres sphères de leur vie. Pour l’auteure, il s’agissait de comprendre comment ces bénévoles développent ou renforcent leur capacité d’agir sur le monde et pour elles-mêmes. Investir dans le bénévolat étant une réponse possible de l’individu face aux exigences de la société contemporaine. 

> Christian Doyhenart. (2018). Parents dépassés, il n’y a pas de fatalité. Éd. Favre. 

Quel parent êtes-vous? Trop autoritaire, trop copain, trop protecteur? Trop dirigiste ou défaillant? Êtes-vous un beau-père ou une belle-mère dans une famille recomposée? Ou un parent complètement dépassé face à une progéniture qui vous teste sans cesse et sans répit? Ce livre tente d’apporter une aide pour rétablir une harmonie familiale quand rien ne va plus. Ou tout au moins quand le «vivre ensemble» devient une épreuve quotidienne. Quand l’amour pour ses enfants s’épuise dans des «guéguerres» perpétuelles. Des conseils, des stratégies sont proposés par l’auteur, psychologue et thérapeute. Rien de miraculeux certes. Qui rappelle aux parents de se souvenir de leur propre vécu: leur père et mère n’ont-ils pas fait de leur mieux? Il conclut en citant Oscar Wilde: «Les enfants commencent par aimer leurs parents; devenus grands, ils les jugent; quelquefois, ils leur pardonnent.» 

> Julie Fournier. (2018). La jeune fille qui voulait sauver la princesse. Montréal. Éd. Bouquinbec. 

Elles se marièrent et adoptèrent beaucoup d’enfants orphelins… La formule finale des contes de fée pourrait ainsi être parfois adaptée. Le court récit de la jeune auteure canadienne Julie Fournier illustre la récente évolution des moeurs et comportements. Elle explique: «J’ai eu l’idée d’écrire La jeune fille qui voulait sauver la princesse, princesse qui refuse tous ses prétendants, en écoutant une émission de radio qui parlait de la difficulté des enseignants à aborder le sujet de l’homosexualité dans leurs cours. Pour moi, l’homophobie, ainsi que toutes les autres formes de discrimination, ont toujours été des sujets importants à dénoncer.» D’où ce texte, simple, poétique, aux belles illustrations, dans lequel une fille trouve sa princesse charmante… Ce genre de publication, qui s’adresse donc aux plus jeunes, serait-il utile chez nous, dans nos classes? Un débat sociétal qui s’annonce houleux. 

Les numéros complets de la revue, les dossiers pédagogiques et les articles qui les constituent peuvent être consultés par les abonné·es connecté·es.
Faute d’abonnement, il est possible de les obtenir au format PDF. [Numéro ou Dossier : 11 CHF; Article : 2 CHF.]
Si disponibles, des éditions imprimées des numéros de la revue peuvent être commandées à secretariat@revue-educateur.net.

S'abonner Accéder au numéro complet

SER

Secrétariat du SER

Ouvert du lundi au jeudi de 08h30 à 16h30 CP 416 / Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 59 60

ser@le-ser.ch

CONTACTS

Bureau du comité du SER

Samuel Rohrbach, président Tél : 079 / 251 22 42

s.rohrbach@le-ser.ch

Olivier Solioz, vice-président

o.solioz@le-ser.ch

Pierre-Alain Porret, SG nommé

p-a.porret@le-ser.ch

Administration

Véronique Jacquier Darbellay

v.jacquier@le-ser.ch

Leticia Resenterra

l.resenterra@le-ser.ch

Educateur

Bureaux

Educateur CP 416 Av. de la Gare 40 1920 Martigny 1 Tél : 027 / 723 58 80

secretariat@revue-educateur.net

Rédactrice en chef

Nicole Rohrbach Tél :078 / 742 26 34

redaction@revue-educateur.net

Prépresse et régie publicitaire

Sylvie Malogorski Défago Tél : 027 / 565 58 43

communication@revue-educateur.net