XVI2 Rencontre du CSFEF en septembre

La prochaine Rencontre du CSFEF (Comité syndical francophone de l'éducation et de la formation) se tiendra à Paris du 24 au 26 septembre à Paris. La Rencontre est un moment important de la francophonie syndicale qui intervient dans le secteur de l’éducation, elle vise à renforcer la compréhension et la solidarité entre professionnels des différents pays. Elle se tient tous les deux ans, en amont du sommet des chefs d’Etat et de gouvernement des pays francophones qui aura lieu cette année les 11 et 12 octobre à Erevan (Arménie).

Le CSFEF partage les principes du thème officiel du sommet de la francophonie : Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité : source de paix et de prospérité pour l’espace francophone. L’école est en effet un lieu d’apprentissage et de socialisation. La découverte des savoirs disciplinaires, la mise en activité collective, le questionnement, le dialogue sont le quotidien de l’activité scolaire.

En ce qui concerne la privatisation de l’éducation, le CSFEF souhaite que la Rencontre soit l’occasion de mesurer un an après l’état des actions menées, de déterminer la réponse collective à apporter face à la menace que font peser les opérateurs privés sur le droit à l’éducation.

Un volet de la Rencontre sera consacré à la santé au travail des enseignants, avec une enquête menée en collaboration avec le Réseau éducation à la santé qui s’inspire des débats et demandes que nous avions eus lors de la Rencontre d’Antananarivo en 2016.

La question de la formation des enseignants sera aussi abordée, problématique cruciale dans tous nos pays, particulièrement en Afrique où certains gouvernements rognent sur la qualité de la formation par souci d’économie. Le travail de l’Institut de la francophonie pour l‘éducation et la formation (IFEF) sera à cet égard examiné avec intérêt.

Enfin, les membres présents poursuivront la question âprement discutée à Madagascar de l’évaluation internationale PASEC (programme d’analyse des systèmes éducatifs) menée par la CONFEMEN dans les pays de l’Afrique francophone ; en effet le CSFEF a obtenu des garanties sur le bon déroulement de la prochaine phase du PASEC qui concernera aussi les enseignants, mais il doit rester vigilant.

Dans chaque pays, les syndicats de l’éducation se mettront d’accord pour désigner une personne déléguée qui les représentera à la Rencontre, une participation active et constructive de chacun est attendue car c’est à partir de ces discussions que le CSFEF établira son plan d’action pour les deux prochaines années et un nouveau Bureau sera élu. Le SER enverra bien sûr des représentants.