Prises de position du SER contre "No Billag", sur la transition et la formation initiale.

Appel à voter contre l’initiative « No Billag » ; formation de généraliste pour les deux cycles primaires ; orientation des élèves à la fin du cycle 3 : l’Assemblée ordinaire des délégué-e-s du SER, réunie à Genève le 25 novembre 2017, a pris position sur ces différents sujets.

NON A L'INITIATIVE "NO BILLAG"
 
Pour le Syndicat des enseignants romands, l’initiative « No Billag » menace la qualité du service public, la diversité des médias locaux et régionaux, ainsi que les offres pédagogiques audiovisuelles de qualité. Les délégué-e-s ont donc voté un appel à refuser cette initiative en mettant principalement en avant les effets que pourraient induire indirectement la suppression des redevances de radio et de télévision sur les moyens pédagogiques proposés par la RTS et les médias locaux, ainsi que sur la diversité des sources d’informations utiles dans les classes ou encore sur les collaborations existantes entre les médias et les écoles.
 
SOUTIEN A UNE VRAIE FORMATION DE GENERALISTE
 
Dans le dossier de la formation initiale des enseignant-e-s, les délégué-e-s ont réaffirmé leur volonté que le diplôme d’enseignement pour le degré primaire (degrés 1 à 8 selon Harmos) permette d’enseigner dans les deux cycles en ayant des enseignant-e-s formé-e-s dans toutes les disciplines du plan d’études. Pour ce faire, le volume de la formation initiale doit être augmenté.
 
A CHACUN SES RESPONSABILITES ET SON RÔLE LORS DE L’ORIENTATION DES ELEVES
 
Rappelant que le plan d’études romand (PER) aborde l’aspect de l’orientation lors de la transition du secondaire I au secondaire II, les délégué-e-s ont adopté 7 mesures essentielles demandant notamment le développement des centres d’orientation professionnelle, l’engagement de psychologues ou de conseillers en orientation et le matériel pédagogique nécessaire pour garantir à l’ensemble des élèves la même égalité face à ce choix.

 

Ils ont souligné que la préparation des décisions d’orientation commence à l’école primaire, qu’un accent plus spécifique y est porté au niveau du secondaire I et II, en collaboration avec les jeunes et leurs parents et appuyé par les professionnels en orientation.