NON à une récupération consumériste

La campagne de promotion de MediaMarkt, qui débute le 27 juin, consistant à offrir de l’argent aux enfants de 4 à 14 ans en fonction de leurs résultats scolaires est une récupération consumériste inacceptable de la part de cette société et de plus discriminante. Ce que dénoncent le Syndicat des enseignants romands (SER), la Fédération des associations des parents d’élèves de Suisse romande et du Tessin (FAPERT), la Conférence Latine des Chefs d’Etablissement de la Scolarité Obligatoire (CLACESO), ainsi que la Fédération romande des consommateurs (FRC).

Cette offre promotionnelle destinée aux enfants ayant des bonnes notes à l’école est contraire à la déontologie : c’est un assaut consumériste contre un public manipulable en raison de son âge. Le SER, La FAPERT, la CLACESO et la FRC s’opposent à cette stratégie commerciale visant spécifiquement les enfants pour les pousser à consommer. Par-ailleurs, il est inacceptable de mener des actions à la tête, en l’occurrence « à la note », du client. Il est bon de rappeler que le but de l’école est de dispenser des savoirs et des compétences et non pas de favoriser la consommation des enfants. Les notes servent uniquement à informer les parents et ne sont pas un moyen d’acquérir de l’argent. Cette marchandisation des notes est discriminante – donc contraire au principe 10 de la Déclaration des Droits de l’Enfant –envers les élèves qui ont produit de grands efforts sans obtenir les résultats escomptés. Cette campagne publicitaire est une punition à l’égard de ces derniers. Pour récompenser un élève, il faudrait plutôt primer sa progression et non pas sa note.
De plus, MediaMarkt fait preuve d’une méconnaissance coupable du système scolaire de Suisse romande. L’école obligatoire se termine en 11e année et non pas en 9e !

 

Le SER, la FAPERT, la CLACESO, ainsi que la FRC appellent les dirigeants de cette société à retirer immédiatement leur offre. En cas de maintien de celle-ci, elles envisagent d’autres actions pour se faire entendre.