Clôture du projet PROSPERIMO

PROSPERIMO s’est conclu lundi soir à Neuchâtel. Les cantons de Neuchâtel, de Vaud et du Jura se sont associés pour proposer une formation en tant qu’aide de cuisine à douze personnes arrivées par le biais de l’asile.

Réalisé en partenariat avec l’économie privée, ce projet a renforcé l’employabilité de ces participant-e-s en leur offrant un titre reconnu par la branche, une expérience professionnelle ainsi que des cours de langue spécialisés. Plusieurs personnes ont d’ores et déjà trouvé un emploi.

Il s’agissait pour nombre des lauréat-e-s de leur premier diplôme obtenu en Suisse. Remis lundi soir à Neuchâtel par le conseiller d’État neuchâtelois Jean-Nat Karakash, il concluait une formation de six mois d’aide de cuisine entamée en juin 2017. Si une majorité des participant-e-s disposaient déjà d’une expérience dans le domaine de la restauration, la formation dispensée par Hôtel & Gastro formation et soutenue financièrement par le Secrétariat d’État aux migrations (SEM), leur permet désormais de bénéficier d’un titre reconnu par la profession. Plusieurs des personnes ont par ailleurs effectué un stage dans des établissements jurassiens et neuchâtelois et se sont d’ores et déjà vues proposer un emploi pour les prochains mois.

Fruit d’une collaboration intercantonale entre le service de la cohésion multiculturelle (COSM), l’Association jurassienne d’accueil des migrants (AJAM) et de l’Etablissement vaudois d’accueil des migrants (EVAM), le projet a bénéficié à Neuchâtel du soutien de Gastro Neuchâtel, en particulier dans la recherche d’établissements pour les stages.

La formation de deux mois comportait des aspects théoriques et pratiques relatifs aux techniques de cuisson, aux rangements, à l’hygiène, ainsi qu’à la confection de plats et était systématiquement suivie d’un cours de langue qui reprenait notamment le vocabulaire spécialisé mobilisé durant la journée.

Les participant-e-s de Neuchâtel (4) et du Jura (4) ont ensuite effectué un stage de quatre mois dans un établissement de leur canton. Les personnes en provenance du canton de Vaud disposaient déjà d’une expérience significative en cuisine. En sus du diplôme, plusieurs des lauréat-e-s ont d’ores et déjà trouvé un emploi (3) ou entameront une formation certifiante dans le domaine gastronomique (3).

Source: communiqué web