Assemblée des délégués: 3 résolutions

L'Assemblée des délégué-e-s du SER s'est tenue à Nyon le samedi 26 novembre sous la présidence de Mme Mireille Brignoli. Trois résolutions ont été discutées et acceptées.

La première, déposée par la Société pédagogique genevoise, concerne la votation de février sur la réforme des entreprises (RIE III). Conscients des coupes que cette réforme provoquera sur les budgets fédéraux, cantonaux et communaux, les délégué-e-s ont fait part de leurs craintes vis-à-vis des dégâts qui en découleront pour les services publics, et en particulier pour l'éducation et la formation. A travers cette résolution, les délégué-e-s:

  • invitent les affiliés du SER à voter NON à la troisième réforme de l'imposition du bénéfice des entreprises (RIE III);
  • mandatent le COSER à s’engager dans la campagne contre la RIE III;
  • appellent les comités des associations cantonales à s’engager dans la campagne contre la RIE III.

La deuxième résolution concerne les migrants et le rôle de l'école pour réussir leur intégration. Les délégué-e-s demandent donc aux autorités cantonales et fédérales:

  • Que les enfants et les jeunes jusqu'à 25 ans aient la possibilité, avec des cours intensifs et des mesures particulières, de suivre les cours de l'école obligatoire et une formation professionnelle;
  • Que l'apprentissage des langues et l'intégration sociale soient rendus rapidement accessibles à tous (par exemple avec des centres de soins de jour, des classes d'accueil, des cours, de offres spéciales pour le secondaire II et le niveau tertiaire, etc.);
  • Que pour faire face rapidement au nombre fluctuant d'enfants et d'adolescents réfugiés dans les établissements, une base fixe en EPT d'enseignant-e-s formé-e-s et suffisamment de ressources financières soient assurées, y compris en enseignement spécialisé;
  • Que les écoles, les établissements de formation et les établissements parascolaires (entre autres garderies, crèches, clubs de loisirs, organisations de jeunesse) reçoivent rapidement l'assistance technique nécessaire pour relever les défis futurs quand ils accueillent des enfants et des adolescents réfugiés;
  • Que l'intégration des enfants et des jeunes ne repose plus essentiellement sur la bonne volonté des enseignant-e-s, mais que de réels moyens leur soient octroyés;
  • Que l'article 17.2 des Accords de Dublin soit pleinement appliqué.

Les délégué-e-s ont encore parlé de la place des MITIC à l'école et ont approuvé une troisième résolution. Celle-ci demande au Comité du SER de s'approcher de la CIIP et des cantons pour faire progresser ce dossier en particulier sur les points suivants:

  • Renforcer l'utilisation des TICE et les objectifs MITIC dans la formation de base et la formation continue des enseignants dans une vision intercantonale ; 
  • Développer des concepts cantonaux venant en aide aux autorités locales pour la mise en place des infrastructures et de l'entretien des moyens TICE;
  • Inciter les gouvernements cantonaux à attribuer les ressources financières supplémentaires nécessaires dans ce domaine;
  • Garantir un équipement MITIC nécessaire pour l'intégration des jeunes dans une société numérique;
  • Mettre en place un groupe de réflexion paritaire romand sur la place des TICE dans l’école.